Le combatif du 07/07/2014
3e étape : Jan Barta (RTC/NETAPP-ENDURA) Combatif du jour
3e étape : Jan Barta (RTC/NETAPP-ENDURA) Combatif du jour
3e étape : lundi 7 juillet 2014
Cambridge - Londres (155 km)

Le Jury, composé de Jean Montois (journaliste à l’AFP), Philippe Bouvet (journaliste à L’Équipe), Laurent Jalabert (ex-coureur et consultant chez France Télévisions et RTL) et Thierry Gouvenou (Président du Jury, ex-coureur, directeur sportif du Tour de France), a désigné Jan BARTA (NetApp-Endura, n°202) Combatif du jour.

Jan BARTA (RTC/NetApp-Endura, n°202)
29 ans ; 1,84m ; 73kg ;
Champion de République tchèque du contre-la-montre 2011, 2012 et 2013, champion de République tchèque sur route en 2013, vainqueur de la Semaine internationale Coppi et Bartoli en 2012, vainqueur du Tour de Cologne en 2012.

Pour sa première participation au Tour de France, Jan Barta n’a pas mis beaucoup de temps avant de se distinguer et de se faire un nom sur l’épreuve. Au départ de cette 3e étape, dès le départ réel, il a faussé compagnie au peloton aux côtés du Français Jean-Marc Bideau (Bretagne Séché Environnement). Les deux hommes, dans une formidable entente, ont assuré les relais tour à tour et ont compté jusqu’à 4 minutes d’avance en tête de la course. Avec une belle détermination, ils ont résisté tant bien que mal au retour du peloton en repoussant au maximum l’échéance, et ont même feint le coup de moins bien avant d’accélérer la cadence et d’accroître à nouveau un écart avec le peloton qui s’amenuisait. Au bout de l’effort, le tchèque, plus en jambes, a finalement lâché le Français, au panache, avant d’être repris à seulement 6 km de l’arrivée au terme d’une longue échappée qui aura duré 149 kilomètres.

Jan Barta : « Je me souviendrai longtemps de cette journée » 
« J’ai vraiment essayé d’aller le plus loin possible, mais c’était trop dur. Dans les derniers kilomètres, je n’ai rien pu faire quand le peloton revenait sur moi. Et pourtant, j’ai fait le maximum. Ce qui est certain, c’est que j’aime bien Londres, je me souviendrai longtemps de cette journée. A deux nous avions peu de chances d’y arriver. Maintenant nous avons un leader pour le classement général, Leo Konig, et nous allons tout faire pour lui. Mais je vais peut-être réessayer d’aller dans une échappée, cette fois-ci pour aller au bout. »