Le combatif du 18/07/2014
13e étape : Alessandro De Marchi (Cannondale) Combatif du jour
13e étape : Alessandro De Marchi (Cannondale) Combatif du jour
Le Prix Antargaz de la Combativité pour Alessandro DE MARCHI (ITA/Cannondale)


13e étape : vendredi 18 juillet 2014
Saint-Étienne / Chamrousse (197,5 km)

Le Jury, composé de Jean Montois (journaliste à l’AFP), Philippe Bouvet (journaliste à L’Équipe), Laurent Jalabert (ex-coureur et consultant chez France Télévisions et RTL) et Thierry Gouvenou (Président du Jury, ex-coureur, directeur sportif du Tour de France), a désigné Alessandro DE MARCHI (ITA/Cannondale, n°53) Combatif du jour.

Alessandro DE MARCHI (ITA/Cannondale, n°53)
28 ans ; 1,81m ; 60kg ;
Vainqueur de la 8e étape du Critérium du Dauphiné 2013

Après plusieurs attaques successives, c’est dans la montée vers le Col de la Croix de Montvieux, première difficulté du jour classée en 3e catégorie, que sept coureurs se sont retrouvés en tête, parmi lesquels Alessandro De Marchi (Cannondale). Rejoint par 2 poursuivants, le groupe porté à neufs hommes a compté jusqu’à 4 minutes 55 d’avance. Un écart contrôlé puis réduit par le travail de la formation Katusha à l’avant du peloton, désireuse de conserver le maillot à pois de Joaquim Rodriguez. Dans la montée vers le Col de Palaquit (1ère catégorie), l’échappée s’est disloquée. Alessandro De Marchi est alors parvenu à revenir sur le duo de tête composé de Kadri (AG2R) et Bakelants (OPQS) avant de les lâcher au train pour se retrouver seul devant. L’Italien a réussi à porter son avance à 2 minutes 50 jusqu’à l’ultime ascension du jour vers Chamrousse. Dans cette dernière difficulté, éreinté, il est finalement repris à 14 kilomètres de l’arrivée après 160 kilomètres d’échappée.

Réaction d’Alessandro De Marchi
« Ça a été très dur. J’ai fait mon maximum pour essayer de gagner l’étape. Si l’échappée avait évolué différemment, j’aurais pu être encore plus heureux. Mais il se passe beaucoup de choses sur le Tour. Il m’a manqué un peu de chance, et un peu de jambes. J’ai maintenu un rythme régulier tout le temps où j’étais seul en tête. Tout allait bien. Ma forme est bonne, mais il faut que je trouve la journée idéale pour aller chercher un résultat. Je suis convaincu que je vais y arriver, et je vais essayer à nouveau. Demain je connais le final, où j’avais gagné sur le Dauphiné l’année dernière. C’est un souvenir superbe, mais après les efforts d’aujourd’hui, je ne suis pas sûr que je serai capable d’aller dans l’échappée demain. »