Le combatif du 23/07/2014
17e étape : Romain Bardet (AG2R La Mondiale) Combatif du jour
17e étape : Romain Bardet (AG2R La Mondiale) Combatif du jour
17e étape : mercredi 23 juillet 2014
Saint-Gaudens / Saint-Lary-Soulan (125 km)

Le Jury, composé de Jean Montois (journaliste à l’AFP), Philippe Bouvet (journaliste à L’Équipe), Laurent Jalabert (ex-coureur et consultant chez France Télévisions et RTL) et Thierry Gouvenou (Président du Jury, ex-coureur, directeur sportif du Tour de France), a désigné Romain BARDET (AG2R La Mondiale, n°182) Combatif du jour.

Romain BARDET (AG2R La Mondiale, n°182)
23 ans ; 1,84m ; 65kg ;
Vainqueur du Tour de l’Ain 2013, vainqueur de la Drôme Classic 2014

Bien au contact de tous les leaders lors des 3 premières ascensions du jour, toutes classées en première catégorie, Romain Bardet, conscient qu’il serait difficile de s’échapper dans l’ultime montée, a choisi la descente du Col de Val Louron pour s’en extraire. Parvenant à prendre près de 35 secondes au groupe maillot jaune, c’est en solitaire qu’il a entamé la dernière difficulté vers l’arrivée à Pla d’Adet. Finalement rejoint par Nibali et consorts, le jeune grimpeur de 23 ans n’est pas parvenu à reprendre le maillot blanc ni même à retrouver le podium. Son accélération a tout de même eu le mérite de provoquer la défaillance d’Alejandro Valverde puis celle de Thibaut Pinot, permettant à son coéquipier Jean-Christophe Péraud d’effectuer la bonne opération du jour au classement général. Le jeune tricolore se consolera également avec le Prix Antargaz de la Combativité, qui lui a été décerné par le Jury.

Romain Bardet : « ‘Jicé’ est le seul coureur capable de suivre Nibali »
« C’était une étape comme je les affectionne. J’ai tenté quelque chose en attaquant dans la descente, mais cela n’a pas tout à fait fonctionné. Au moins, il reste du spectacle et de belles images. J’avais à c�"ur de rattraper la désillusion de la veille. Maintenant je vais encore essayer de rester dans le Top 5. Au final, on vooit que ce sont les jambes qui parlent : la réalité, c’est que « Jicé » est le seul coureur de ce Tour de France qui arrive à suivre Nibali en montagne. Je n’ai aucun problème à me trouver derrière lui, et je sais que c’est assez rare pour être souligné : nous sommes deux coureurs qui jouent le Top 5 du Tour de France et notre entente est parfaite. Je suis prêt à me mettre à la planche pour lui si c’est nécessaire ».